transfo-reskilling-talent

Ré-organisation : comment optimiser la mobilité interne et le reskilling des collaborateurs ?

Les circonstances inédites auxquelles les sociétés sont confrontées forment un contexte propice à la multiplication des réorganisations, non sans conséquences pour les collaborateurs, qui sont les premiers concernés. 

Dans cette situation de transition où le reskilling apparaît comme le meilleur moyen de fidéliser les talents, la pratique du feedback interne digital contribue à une conduite du changement réussie. 

PSE, fusions-acquisitions, bouleversements des business models et autres changements profonds sont, pour de nombreuses entreprises, devenus la condition indispensable pour le maintien de leur activité. 

Des phases de transformation très souvent vécues comme des périodes d’incertitudes pour les collaborateurs. 

Ces phases de transformation sont très souvent vécues comme des périodes d’incertitudes pour les collaborateurs et menacent leur niveau d’engagement. Comment préserver leur productivité et les accompagner dans une réinvention professionnelle en parfaite adéquation avec les objectifs de l’entreprise pour laquelle ils œuvrent ? 

Les collaborateurs : premiers concernés et premiers oubliés des stratégies de ré-organisation

Les collaborateurs se trouvent au cœur des transformations essentielles à la survie des entreprises. L’exemple de l’adoption précipitée du télétravail au moment du premier confinement est parlant, celle-ci ayant exigé de leur part une adaptabilité immédiate et sans faille. 

De même, sans leur concours et leur volonté, PSE, fusions-acquisitions et autres modifications ne sauraient porter leurs fruits. Il s’agit donc de faire évoluer les collaborateurs en interne et de les accompagner dans l’acquisition des nouvelles compétences nécessaires au succès de la ré-organisation de l’entreprise. 

Une dichotomie s’installe quasi-systématiquement entre le rôle joué par les employés dans un projet de transformation et ce qu’ils perçoivent. 

Cependant, il existe une dichotomie entre le rôle que jouent les employés dans la réussite d’un changement de business model et la manière dont la direction et le management les impliquent dans les décisions prises. 

Lorsque les salariés s’inquiètent d’un manque de transparence, les bruits de couloirs se propagent et entretiennent un cercle vicieux. Moral en berne, multiplication des RPS, et dégradation du niveau de confiance finissent par affecter la productivité, provoquant un désalignement avec les nouvelles stratégies. 

Même si ces dernières sont pensées dans l’intérêt de tous, sans un dialogue social approprié, la fidélisation des talents devient impossible. 

En pleines mutations, l’enjeu pour les entreprises demeure pourtant bel et bien d’éviter le turnover, les tensions sociales et la dégradation de leur marque

transfo-credit-agricole
Cliquez sur l’image pour télécharger l’étude de cas Crédit Agricole

Mobilité interne et reskilling : une alternative moins onéreuse que le turnover

Le turnover coûte cher aux entreprises : près de 15 000 € annuels par collaborateur. Dans un contexte de transition où les dépenses doivent faire l’objet d’une optimisation exemplaire, accompagner les collaborateurs dans leur réinvention s’avère plus cohérent que de recruter.  

La mobilité interne représente d’ailleurs l’un des facteurs de rétention les plus importants. Une conduite du changement parfaitement menée peut justement fournir une raison supplémentaire pour proposer aux employés d’évoluer au sein de l’entreprise, cimentant ainsi leur engagement

La culture d’entreprise, elle aussi, gagne à voir le turnover minimisé. Lorsque le renouvellement est constant, les collaborateurs n’ont pas la possibilité de construire une identité de groupe, pourtant indispensable à la fidélisation des salariés ainsi qu’à la performance économique de l’organisation. 

Pour permettre au management de cerner correctement les besoins des équipes en matière de reskilling, la transformation digitale met à disposition de puissants outils de feedback. 

Au moyen de micro-sondages, la solution Supermood mesure ainsi en temps réel le niveau d’engagement des collaborateurs et établit une boucle de feedback. Grâce à celle-ci, les propositions de repositionnements peuvent être adaptées avec une meilleure précision. 

Cliquez sur l’image pour accéder au webinar

Des solutions de formation adaptées aux besoins en reskilling des entreprises 

Une fois les besoins en reskilling parfaitement identifiés, reste à sélectionner les solutions de formation les plus appropriées. Ainsi, le rôle de responsable de formation s’apparente désormais davantage à celui de curateur que de créateur de contenu. 

L’apprentissage ayant lui aussi été fortement influencé par la transition digitale, le champ des possibles s’est considérablement élargi tout en offrant une compatibilité optimale avec une expérience collaborateur qualitative.  

Ainsi, 360Learning, Welcome Originals ou encore EasyMovie représentent autant de solutions digitales qui facilitent l’acquisition de nouvelles compétences. 

Cependant, chaque contexte, chaque équipe, chaque département mérite une approche individualisée. Là encore, le rôle du feedback interne ne devrait pas être sous-estimé. 

Employé à bon escient, celui-ci peut même constituer une ressource de formation en tant que telle, notamment sous la forme du collaborative learning

Témoignage de Géraldine EYLER, (Manager, EDF) dans son travail de gestion de formation.

Promouvoir la mobilité interne s’inscrit dans la poursuite de nombreux objectifs pour les entreprises d’aujourd’hui.

En adoptant les bonnes pratiques de communication en faveur de l’expérience collaborateur, celles-ci peuvent accompagner leurs salariés dans une réinvention professionnelle bénéfique à la fois aux individus et à l’ensemble de l’organisation.

Si vous souhaitez discuter de vos enjeux de management,
de transformations ou d’engagement de vos équipes, n’hésitez pas à
m’écrire, je serai ravie d’échanger avec vous sur
LinkedIn ou par email : agathe@supermood.fr